Mon coiffeur, génie insoupçonné de la gamification

Contrairement à Desproges, j’aime beaucoup mon coiffeur. Et lors de ma dernière visite, je me suis rendu compte qu’en plus de partager nos goûts musicaux, nous partagions l’envie de réinventer les choses avec de la gamification.

Sa carte de fidélité est une vraie réussite et un modèle du genre. Tout d’abord le wording utilise un langage direct, faisant appel à notre affect et qui met en avant notre implication envers le salon via un mécanique de montée en puissance (un peu, beaucoup…) montrant l’augmentation de notre engagement.

Ils ont aussi réfléchi au nombre de tampons nécessaires pour avoir la gratification (la coupe gratuite). Au lieu des habituels 10 tampons nécessaires que le client mettrait presqu’un an et demi à avoir (avec un rendez vous tous les mois et demi/deux mois), il suffit de 7 tampons pour débloquer une coupe gratuite. L’objectif est donc beaucoup plus proche (moins d’un an). En plus de cela,  le gain est débloqué au 6ème rendez-vous (rapprochant encore l’objectif). Bravo ! La rétention est assurée entre le 6ème et le 7ème rendez vous (reviens pour récolter tes gains) mais aussi favorisée dès le début avec un objectif beaucoup plus proche.

 En y regardant de plus près, la 7ème coupe n’est pas totalement offerte, « n’oublies pas le pourboire ». Cette petite indication est très bien pensée puisqu’elle implique un don, fort en valeur symbolique. Elle laisse le client libre de décider de donner (self determination theory, la base de la gamification) et cette action de transmission directe d’argent renforce le lien coiffeur/client. Le salon est humanisé avec un engagement et un lien plus fort entre le client et son coiffeur.

 Le dernier point qui est peut-être le plus surprenant est sa dernière case « -20% si tu nous envoies tes potes », ou comment viraliser avec une carte de fidélité.

 Et vous, avez-vous de bons exemples de carte de fidélité ? Autrement vous pouvez aller chez 3D, vous avez 20%.