Suite à nos deux premières Newsletters, plusieurs d’entre vous nous ont demandé notre avis sur les hits qui ont marqué l’histoire des plateformes mobiles. On vous a écouté et on décortique donc aujourd’hui le jeu le plus téléchargé du monde Angry Birds, du développeur Finlandais Rovio, ainsi que Clash Of Clans de son compatriote Supercell qui est quant à lui le plus rentable. Par les émotions que ces jeux procurent, ils nous replongent directement en enfance car ils sont basés sur le plaisir de détruire.

Détruire, c’est fun !

On se souvient tous des châteaux de sable que nous faisions sur les plages quand nous étions enfants. Le plaisir était autant dans la construction que dans la destruction de ceux-ci par la montée de la marée. En vacances nous avions donc rendez-vous toutes les 12h (bel outil de rétention!) pour ce combat que nous savions perdu d’avance, mais que l’on prenait plaisir à mener en construisant des châteaux toujours plus élaborés et imposants.

Angry Birds est un bel exemple de système basé sur de la  destruction pure: envoyer des oiseaux avec un lance pierre sur une construction remplie de cochons avec pour seul objectif de la détruire. La progression à travers les niveaux du jeu est similaire à notre combat contre la marée avec des châteaux toujours plus imposants et forts. Chaque niveau est réalisé par le joueur dans une boucle de deux étapes: i) Observation du château pour réfléchir au plan pour le détruire; ii) Mise en action du plan. Le plaisir de détruire est ainsi amplifié par la réflexion machiavélique qui précède le passage à l’action.

Le plaisir de construire, déconstruire et détruire

Dans Clash Of Clans, le joueur se lance dans l’élaboration d’un château qu’il va faire évoluer au fil du temps. Le jeu se décompose en deux parties: une partie farming, et une partie destruction. Pendant la partie farming, le joueur va constituer son château et récolter des ressources qui vont lui permettre de constituer et faire évoluer les fortifications de son château et d’améliorer son armée. L’acte de destruction est quant à lui effectué par l’intermédiaire des autres joueurs. Ceux-ci peuvent nous attaquer, et ainsi voler (ou pas!) notre château et ses ressources en fonction de l’efficacité du système défensif mis en place. Nous entrons ici dans la partie MMO du jeu où le joueur peut attaquer le château d’autres joueurs. Dans chacune des attaques nous retrouvons les deux étapes décrit pour Angry Birds : « Observation » et « Action ».

Quand Clash Of Clans copie la marée

Lorsque votre château est détruit par un autre joueur, vous gagnez une protection de douze heures qui s’estompe si vous attaquez de nouveau. Ce petit subterfuge permet de s’assurer que vous vous reconnectiez une fois la protection passée. Il faut en effet venir récolter vos ressources pour ne pas vous les faire voler et pour lancer de nouvelles attaques.

Une monétisation qui les opposent

Si on retrouve des similarités entre les deux jeux dans leur game Design, ils s’opposent complètement sur leur monétisation (s’expliquant par les 3 années qui séparent leur sortie). En effet, Angry Birds est sorti en 2009, en version payante distribué par Chillingo (avant que ce dernier ne soit racheté par EA). Une version gratuite était également disponible mais n’incluait que les premiers niveaux du jeu. A l’époque, il n’y avait pas encore tout le marketing qu’il y a aujourd’hui autour des jeux mobiles et il était donc plus facile de les faire sortir du lot. La qualité et le positionnement sur la marque Angry Birds ainsi que son licensing ont ainsi permis au studio de s’affirmer avec succès.

Quant à Supercell, ils avaient pris le pari à l’origine de faire des jeux pour tablette. Cependant, ils ont toujours réfléchi leurs jeux comme des Free2Play (à achat intégré) avec un plan marketing associé. A sa sortie en Aout 2012, Clash of Clans s’est tout de suite hissé dans les top grossing et n’est jamais redescendu depuis. A voir la profondeur de jeu et les sources d’acquisition de joueurs qui se multiplient (avec les spot TV dernièrement), nous pouvons facilement avancer que Clash Of Clans va régner sur les Stores mobiles avec ses petits frères HayDay et Boom Beach comme World Of Warcraft auparavant sur les MMOs. Pendant ce temps là, l’avenir de Rovio tient à son passage sur les écrans de cinema.

Coup de coeur de Brand2Play

Drive Ahead!

A Brand2Play, nous avons toujours eu une passion pour le jeu casual, fun, simple à prendre en main et avec une gratification immédiate. Les plateformes de jeu Casual ont souvent mis en avant des jeux de moto Trail, Monster Truck, où le joueur doit contrôler la vitesse et l’équilibre de son véhicule. A part la possibilité de customisation des bolides et la variété des parcours, ces jeux se sont rarement renouvelés sur les supports mobiles.

Pourtant en simplifiant les contrôles au maximum avec deux boutons « marche avant » et « marche arrière » qui permettent de gérer à la fois la vitesse et l’équilibre, Drive Ahead réussi le tour de force de nous proposer une expérience innovante. On sort ici des courses classiques ou des parcours à réaliser. Drive Ahead nous propose de livrer des combats et des challenges entre deux véhicules avec pour objectif d’écraser la tête de votre adversaire en lui montant dessus ou en le retournant. Avec une direction artistique en Pixel Art, on ne peut qu’adorer et vous conseiller vivement de tester le jeu disponible sur l’App Store. es, participent à renforcer le plaisir du joueur et son envie de progresser, rendant les sessions de jeu bien plus longues que quelques minutes. En suivant les liens, vous pouvez télécharger le jeu pour Android et pour iOS.